Sexta-feira, 15 de Dezembro de 2017
ISSN 1519-7670 - Ano 19 - nº970

JORNAL DE DEBATES > LE MONDE

Robert Solé

17/07/2007 na edição 442

‘Tony Blair avoue qu’il a quelque mal à s’y faire : depuis qu’il n’est plus premier ministre, son chauffeur s’arrête aux feux rouges. Au cours de toutes ces années, il avait perdu l’habitude des signaux routiers. Jacques Chirac pourrait le confirmer : au pouvoir, il n’y a plus ni rouge ni vert, pas même d’orange. On devient daltonien.

Tony Blair redécouvre les couleurs. C’est une manière de renaître à la vie. J’imagine qu’il est surpris aussi par le piaillement des oiseaux, le parfum des fleurs et la caresse du vent sur sa peau. D’autres nouveautés l’attendent : un agenda avec beaucoup de pages blanches, un téléphone qui ne sonne plus tout le temps… Rêvasser, méditer, s’ennuyer.

Mais, comme tous ses homologues retraités, il s’est prémuni contre ces catastrophes. Il n’avait pas quitté le 10, Downing Street qu’il acceptait une mission on ne peut plus officielle au Proche-Orient. A Gaza ou à Ramallah, des sirènes et des gyrophares lui ouvriront la route. Il aura quand même à se soucier du rouge, qui, là-bas, est la couleur du sang.’

Todos os comentários

x

Indique a um amigo

Este é um espaço para você indicar conteúdo do site aos seus amigos.

O Campos com * são obrigatórios.

Seus dados

Dados do amigo (1)

Dados do amigo (2)

Mensagem