Terça-feira, 19 de Setembro de 2017
ISSN 1519-7670 - Ano 19 - nº958

MONITOR DA IMPRENSA > LE MONDE

Robert Solé

05/10/2010 na edição 610

‘Ce samedi, en France, on ne manifestait pas seulement pour le maintien de la retraite à 60 ans. Greenpeace organisait dans dix-sept villes des ‘pétrole mob’. Rien à voir avec la Mobylette : la mob est une mobilisation courte et spectaculaire. Il s’agissait d’enduire son corps d’une substance noire, fabriquée par l’organisation écologiste, pour dénoncer ‘la dépendance totale de nos sociétés au tout-pétrole’.

Du goudron, mais pas de plumes. Ou alors il aurait fallu enduire les patrons de BP, Shell, Total, Mobil… Six mois de marée noire dans le golfe du Mexique méritaient bien le châtiment infligé aux quatre frères Dalton. Les militants verts ont préféré se faire eux-mêmes chocolat, avant une bonne douche qui exigera sans doute de vigoureux détergents. Mais nos sociétés ne sont pas seulement dépendantes du tout-pétrole. Que serions-nous sans l’électricité, fût-elle produite par des panneaux solaires ou des moulins à vent ? Comment vivrions-nous sans téléphone portable ? Il faudrait se mobiliser, s’enduire de ces ondes innombrables qui traversent nos murs et nos cerveaux. Ce n’est pas passer de la pommade à Greenpeace et l’enduire en erreur que de réclamer des ‘ondes mob’.’

Todos os comentários

x

Indique a um amigo

Este é um espaço para você indicar conteúdo do site aos seus amigos.

O Campos com * são obrigatórios.

Seus dados

Dados do amigo (1)

Dados do amigo (2)

Mensagem