Segunda-feira, 28 de Maio de 2018
ISSN 1519-7670 - Ano 19 - nº988
Menu

VOZ DOS OUVIDORES > LE MONDE

Robert Solé

20/05/2008 na edição 486

‘Nous savions que l’obésité était un fléau : pour ceux qui en souffrent d’abord, et accessoirement pour le budget de la Sécurité sociale. Mais une nouvelle source d’inquiétude nous est apportée par deux chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine. Selon leur étude, que publie la revue Lancet, les obèses et les personnes en surpoids contribuent au réchauffement climatique. Eh oui ! Ils mangent davantage et utilisent plus de carburant pour se déplacer. Ce faisant, ils accentuent les pénuries alimentaires et la hausse des prix de l’énergie. Les chercheurs ont chiffré tout cela, minutieusement.

Sans vouloir ajouter à la panique, j’attire l’attention sur un aspect encore plus préoccupant. Le réchauffement climatique est favorisé par des chercheurs qui, travaillant tard le soir à la lumière électrique, font des recherches inutiles sur des sujets à la mode, enfoncent des portes ouvertes, pédalent dans la choucroute, publient des études volumineuses, s’expriment avec enflure, sont bouffis de certitudes et nous étouffent sous leurs montagnes de statistiques à la noix.’

Todos os comentários

x

Indique a um amigo

Este é um espaço para você indicar conteúdo do site aos seus amigos.

O Campos com * são obrigatórios.

Seus dados

Dados do amigo (1)

Dados do amigo (2)

Mensagem