Domingo, 22 de Setembro de 2019
ISSN 1519-7670 - Ano 19 - nº1055
Menu

VOZ DOS OUVIDORES >

Robert Solé

29/09/2009 na edição 557

‘Les combats s’adaptent à l’air du temps. Ce n’est pas seulement en défenseur de la cause animale que Brigitte Bardot réclame ‘une journée sans viande’, mais au nom de l’environnement : le secteur de l’élevage ‘a une incidence directe sur le réchauffement climatique, la pollution des sols et des nappes phréatiques’

Il y a bien une journée sans tabac et une journée sans voitures. Pourquoi pas une journée sans viande, comme il en existe depuis un quart de siècle aux Etats-Unis (Meat Out Day) ? On a bien inventé une Journée mondiale sans achats (26 novembre) et, en France, une Journée sans téléphone portable, le 6 février, jour de la Saint-Gaston, en souvenir de la chanson de Nino Ferrer ‘Gaston y a l’téléfon qui son et y a jamais person qui y répond’. La Journée internationale de la gentillesse (13 novembre) n’est-elle pas aussi une journée sans méchanceté ? Et la Journée du logement social (24 juin) une journée sans sans-abri ? Tous les projets n’aboutissent pas : le 30 novembre 2007, la Journée sans Sarkozy dans les médias a été sans succès. Un flop total. C’est comme si on voulait imposer au gouvernement iranien une journée – et même une minute – sans uranium enrichi.’

Todos os comentários

x

Indique a um amigo

Este é um espaço para você indicar conteúdo do site aos seus amigos.

O Campos com * são obrigatórios.

Seus dados

Dados do amigo (1)

Dados do amigo (2)

Mensagem