Quinta-feira, 20 de Junho de 2019
ISSN 1519-7670 - Ano 19 - nº1042
Menu

VOZ DOS OUVIDORES >

Robert Solé

24/03/2009 na edição 530

‘SAMEDI MATIN. Calme plat sur le front scolaire. Pas le moindre incident n’a été signalé depuis douze heures.

Aucun élève, un peu énervé, n’a planté un canif dans le dos de son professeur. Aucun groupe de jeunes n’a fait irruption dans un lycée, avec des marteaux et des barres de fer. Aucun autre, venu régler des comptes à des adversaires, n’a roué de coups le principal qui tentait de s’interposer. Aucun adolescent n’a tiré à la carabine, pour s’amuser, sur des mères qui conduisaient leurs enfants à l’école maternelle…

Non, aucun incident à déplorer. Rien qui justifie l’ouverture d’une information judiciaire, pour intrusion, rébellion, indiscipline, impolitesse, manque de courtoisie ou gaminerie.

Mais nous sommes samedi matin, et beaucoup d’écoles doivent être fermées. Les adolescents susceptibles d’exprimer leur malaise dorment à poings fermés. On les comprend. Traîner dehors une partie de la soirée en s’adonnant à des trafics divers n’est pas de tout repos. Ingurgiter ensuite un ou deux films virils ou surfer sur Internet jusqu’à 3 heures du matin est épuisant. Laissons passer le week-end. Les incivilités – regrettables, mais compréhensibles – reprendront certainement lundi.’

Todos os comentários

x

Indique a um amigo

Este é um espaço para você indicar conteúdo do site aos seus amigos.

O Campos com * são obrigatórios.

Seus dados

Dados do amigo (1)

Dados do amigo (2)

Mensagem